Consultez nos archives

Le sustainable Design : illustration de l'adéquation "Forme / Fonction" ©Profil Design pour Crédit Agricole CIB

Le sustainable Design : illustration de l’adéquation « Forme / Fonction »
©Profil Design pour Crédit Agricole CIB


La création au service de la fonction…. Si il existe une recette miracle, c’est bien celle-ci, et elle s’appelle « Design » ! Qu’il s’agisse d’une démarche industrielle ou plus simplement de donner un impact fort à un argument, le design rationalise, adapte la forme à sa fonction, à son but. Le conjonction des deux facteurs « fonction / forme » est indispensable. Elle est le fondement de toute les méthodologies que nous nous employons à mettre en œuvre au sein de notre agence, Profil Design.

Fonction / forme : Le binôme parfait !

Du point de vue étymologique, le terme « Design”, d’origine anglaise, tire son essence du terme latin designare, « marquer d’un signe, dessiner, indiquer ».
Mes enseignants, durant les années 80, étaient de cette première génération d’hommes et de femmes ayant vécu pour et par le Design. Et Raymond Loewy (1893-1986) était leur père à tous !

Raymond Loewy - Père du Design Industriel

Raymond Loewy – Père du Design Industriel

Fondateur du Design Industriel, il fût le premier à s’intéresser à donner du sens à des produits qui en étaient dénués. Durant la fin de ces années 30, l’industrie fabrique en masse. Elle ne se souciait pas de l’esthétique de ce qu’elle produisait, pas plus de son ergonomie, ni de l’optimisation des moyens mis en œuvre pour sa production.
Raymond Loewy fût l’initiateur d’une nouvelle forme de réflexion. En proposant au constructeur ferroviaire Pennsylvania Railroad un design résolument novateur pour sa nouvelle locomotive, lui permettant d’économiser l’immense majorité des milliers de rivets jusqu’alors nécessaire à sa construction, il fît une brillante démonstration de cette adéquation forme / fonction. C’est par la perfection de sa conception, de son adéquation avec sa fonction, que cette locomotive devint « belle ». La beauté, l’esthétisme, n’est pas une finalité ou une fin en soit. Elle est la conséquence, l’aboutissement de la perfection.

L’esthétisme, illustration de la perfection ?

Ce principe pourrait s’appliquer à l’animal et au végétal. Prenez un cheval de course, sa musculature parfaite, ses fines jointures, cette tête fuselée : n’est pas là un magnifique exemple de l’esthétisme né de l’adéquation forme / fonction ?

Un autre exemple, plus « industriel » cette fois. Pensez vous que les ingénieur en Formule 1 s’évertuent à faire avant tout de belles voitures ? Non. Ils cherchent à faire des voitures rapides et fiables. Force est de constater que l’aérodynamisme des courbes, la largeur des suspensions, la finesse des déflecteurs donnent à l’ensemble une bien fière allure.

Design et formule 1

Il n’est pas nécessaire d’être féru de sports mécanique pour reconnaître qu’une formule 1 est un bel exemple d’adéquation parfaite entre le forme et la fonction.

Alors, le design, une futilité ? Une invention d’obsédés du marketing ? Non, une volonté d’industriels avisés d’améliorer la relation que nous avons avec les objets qu’ils construisent. Non sans arrière pensée, bien sûr… Mais, au moins, cela part d’un bon sentiment !

N’avez vous jamais eu, une fois dans votre vie l’impression que tel ou tel produit était vraiment bien pensé, confortable, utile ? Que cette brosse à dent était agréable à utiliser, que cette bouteille tenait bien en main, que le recyclage de cette machine avait été bien imaginé ? N’en avez vous pas éprouvé de la satisfaction ? Donner du sens à ce que nous consommons. C’est aussi cela le Design.

Communication et design

Cette méthodologie fonction / forme s’applique-t-elle également aux problématiques liées à la communication ? Pas exactement.

Pourtant le support de communication a lui aussi une fonction : informer, transmettre. Parfois avec l’objectif de susciter le désir, comme sur une affiche dans le métro, ou plus simplement de vous séduire au travers d’un site web.
Pourtant nous voyons bien que le registre esthétique est bien loin de celui propre au Design Industriel. Nous passons d’un univers en 3 dimensions à celui, bien plat, d’un univers en 2 dimensions.

Nous touchons dorénavant au monde des arts appliqués : photographie, illustration, typographie… Le design graphique est la version « 2D » du design industriel.

La « recette » ultime ?

Si la communication a une fonction et un contenu (slogan, illustration, texte…) le design graphique prend le relai pour lui donner une forme. Dans le cadre d’une mise en page, par exemple,  tout le talent du maquettiste sera nécessaire pour donner envie au lecteur de s’intéresser au magazine qu’il tient dans ses mains.

Cela reste valable pour une application IPad ou un site Internet. Le Design graphique est donc l’une des composante essentielle d’une communication réussie.
Le Directeur Artistique est lié à une obligation de résultat et à la réussite de la tâche qui lui a été assignée. Avec un peu de talent, soyez-assuré qu’il saura conjuguer forme et fonction.

Il me plaît de parler alors « d’ergonomie du support », même si ce terme est plutôt réservé à la capacité qu’a un objet à parfaitement s’adapter à l’usage qu’on en fait (confort pour une chaise, préhension pour un outil…). Je considère que ce terme devrait pouvoir s’appliquer à une simple mise en page où l’effort à porté sur la qualité de sa lisibilité et le confort de sa lecture.

Je reste persuadé que si les « bonnes pratiques » de conception et de réalisation ont été respectées, en appliquant une méthodologie stricte, il est possible de toucher sa cible à presque tous les coups ! Cette “recette » reste pourtant fragile et demande, à toutes les phases de conception, la confiance complète du client. C’est cette confiance et cette capacité d’échange avec le créatif qui permettra au projet d’être couronné de succès.

 

  • Nom (Obligatoire)

  • E-mail (Obligatoire, mais ne sera pas rendu visible)

  • Site (Facultatif)

  • Commentaire (Obligatoire)